Taxe foncière et taxe d’habitation sur les piscines

La construction d’une piscine vient augmenter votre patrimoine immobilier, puisqu’il s’agit d’une construction « en dur », non démontable. Cette construction est donc considérée par la loi, comme une dépendance de votre maison. Et à ce titre, votre piscine est soumise à la taxe d’habitation.
Et comme une piscine en béton nécessite des fondations, la taxe foncière s’applique également.

La taxe foncière se calcule sur la valeur locative de votre maison. Agrémenter votre propriété d’une piscine en augmente sa valeur locative et donc sa taxe foncière.

Le calcul de la taxe foncière sur votre piscine sera proportionnel à la surface au sol occupée par le bassin de la piscine, sa terrasse et son local technique. Il vous faudra donc faire un calcul précis de l’addition de ces surfaces pour votre déclaration aux impôts.

La loi impose un délai de 90 jours pour déclarer la surface de l’ouvrage une fois les travaux achevés.
Cependant, la taxe foncière ne s’applique qu’à partir de la troisième année d’existence de votre piscine. En tant que «nouvelle construction», votre piscine sera exonérée de la taxe foncière les deux premières années.

Sachez que si vous ne déclarez par votre piscine aux impôts, des vérifications sont faites par survol des communes en hélicoptère et les redressements de taxes peuvent courir sur plusieurs années.